Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le covering en question : comprendre la législation actuelle

Sommaire

L’origine du covering et son essor rapide

Le covering : une définition simple

Le covering, qui trouve ses racines dans le domaine du tuning, est une technique novatrice qui implique de recouvrir la carrosserie d’un véhicule avec un film autocollant haut de gamme. Importée des Etats-Unis dans les années 2000, le covering s’est d’abord fait un nom dans l’emblématique milieu du tuning avant de se démocratiser. Plus qu’une simple esthétique, cette technique offre une palette de couleurs et de finitions très vastes – allant du brillant, mat, aux effets métalliques, carbone ou encore pailleté, jusqu’à des imprimés plus exotiques comme le camouflage ou le zèbre. Choisir de faire un covering voiture ce n’est pas seulement pour le design, c’est aussi une manière de protéger la carrosserie du véhicule contre les agressions extérieures comme les micro-rayures, les griffes, les coups de porte ou les intempéries, tout en redynamisant son apparence, en le rendant unique et personnalisé.

L’essor fulgurant du phénomène covering

La technique de covering, au départ principalement utilisée et popularisée par les passionnés d’automobiles, s’est rapidement démocratisée et élargie au grand public. L’acquisition d’une voiture est toujours un moment intéressant et excitant, toutefois, le design standard de l’usine peut manquer d’originalité et de personnalité, en raison de la standardisation de la production en masse des véhicules. Par conséquent, le désir de se démarquer, d’injecter de la personnalité dans sa voiture, mais aussi d’apporter une protection supplémentaire à la carrosserie a accéléré l’essor du covering automobile. Il est désormais courant de voir ce type de personnalisation sur divers types de véhicules : voitures de sport, véhicules utilitaires, véhicules de collection, mais aussi des bateaux, des motos, et même des avions. Le phénomène n’est plus limité à la sphère privée, mais touche également la sphère professionnelle, avec le marquage publicitaire des véhicules d’entreprise – un parfait support de communication qui garantit visibilité et originalité. Pour découvrir les différents types de covering, je vous invite à voir cette url.

Le covering et la loi actuelle : une réglementation complexe

État des lieux des réglementations européennes.

La réglementation concernant le covering est assez complexe et sujet à de nombreuses interprétations, étant donné qu’il n’y a pas d’harmonisation à l’échelle européenne. Chaque pays membre de l’Union européenne dispose de ses propres règles. Par exemple, en Allemagne, les autorités sont beaucoup plus tolérantes qu’en France, tant que le revêtement ne présente pas de danger ou ne dérange pas les autres usagers de la route. Quoi qu’il en soit, la tendance qui se dégage est que le covering automobile est largement accepté à travers toute l’Europe. Cependant, des règles liés à la sécurité routière doivent être respectés, en particulier en ce qui concerne la Transmission de Lumière Visible (TLV), qui est un critère déterminant dans la législation de certains pays. La modification du coefficient de réflexion de la lumière par le film de covering peut en effet affecter la visibilité, particulièrement la nuit, et est donc très réglementée.

Les politiques françaises vis-à-vis du covering

Si le covering continue de gagner du terrain en France, la réglementation française à ce sujet s’est renforcée ces dernières années. Ainsi, depuis le 1er janvier 2017, la loi a mis en place une réglementation stricte en ce qui concerne les vitres teintées. Les vitres avant droite et gauche du véhicule doivent permettre une transmission de la lumière d’au moins 70 %, pour assurer une visibilité optimale pour le conducteur. Par ailleurs, en ce qui concerne le covering de la carrosserie, il est permis de changer de couleur ou d’apparence, cependant une déclaration doit être faite auprès des autorités compétentes pour une mise à jour du certificat d’immatriculation. Cette démarche est nécessaire pour assurer la concordance entre la réalité du véhicule et la description qui en est faite dans les documents officiels, pouvant être contrôlée lors d’un contrôle routier ou suite à un accident.

Les obligations techniques et légales relatives au covering

Dispositions techniques et légales indispensables

Il faut souligner que le respect de ces réglementations implique de passer par un professionnel pour le covering de son véhicule. En effet, la pose d’un film covering requiert un niveau de compétence et de technicité élevé, pour veiller à la qualité du rendu mais aussi au respect des normes de sécurité routière. C’est pourquoi il est toujours recommandé de s’adresser à un professionnel du covering, qui non seulement maîtrise les techniques de pose, mais est aussi informé des dernières évolutions de la réglementation applicable. De plus, il est important de noter que des contrôles routiers peuvent être effectués par les autorités compétentes, qui peuvent imposer des sanctions en cas de non-respect des réglementations. Ces sanctions peuvent aller de l’amende au retrait de points sur le permis de conduire, voire au retrait de la carte grise en cas de non-conformité importante.

Connaître les risques en cas de non-conformité

Il est essentiel de bien comprendre les éventuelles conséquences d’un non-respect des réglementations légales sur le covering. Si lors d’un contrôle routier, le covering de la voiture est jugé non conforme avec les normes en vigueur par les forces de l’ordre, cela peut entraîner des sanctions pécuniaires, voire même l’immobilisation du véhicule. En cas d’accident, les compagnies d’assurance peuvent tout simplement refuser de couvrir les dommages si la voiture n’est pas en conformité avec la réglementation. En effet, si le covering occasionne une diminution de la visibilité, est à l’origine d’une confusion avec des véhicules de secours, ou s’il provoque une nuisance pour les autres usagers de la route, ceci pourrait être considéré comme une aggravation du risque qui n’était pas déclarée à l’assureur. Par conséquent, il est recommandé de se renseigner auprès de son assureur avant de réaliser un covering sur son véhicule.

Tendances et perspectives pour le futur du covering

Pensez à l’avenir : comment se dessine le futur de la législation sur le covering ?

Il est impossible de prédire avec certitude comment évoluera la réglementation du covering à l’avenir. Toutefois, au regard de la popularité croissante de cette tendance et de l’attrait du public pour la personnalisation, il est possible que les autorités nationales et européennes se penchent à nouveau sur la réglementation pour trouver un équilibre entre les exigences de sécurité routière et la liberté d’expression esthétique des particuliers. Le développement technologique pourrait sans doute jouer un grand rôle dans ce contexte, avec par exemple l’utilisation de matériaux innovants garantissant une visibilité optimale même en cas de covering. On pense notamment à l’intégration de nanoparticules dans les films pour améliorer leur performance en termes de transmission de la lumière.

La veille réglementaire : un enjeu crucial

Au vu de ces changements potentiels, il est essentiel pour les professionnels de l’industrie comme pour les particuliers passionnés de rester constamment à jour sur les évolutions de la législation concernant le covering. Cela leur permettra de garantir la conformité de leurs réalisations avec les normes en vigueur, de contribuer à la sécurité routière tout en jouissant de la liberté de personnalisation offerte par le covering, et d’éviter d’éventuels problèmes lors des contrôles routiers ou des demandes d’indemnisation auprès des assureurs.